revue de web libertes et internets

Une revue de web thématique compilée (presque) quotidiennement par Yann Le Grand et Grégoire Seither
[Dernière revue ] -- [S'abonner ] -- [Se desabonner] -- [Archives] -- [Contact]

vide

NON A LA CENSURE - boycottez les majors liberticides !

17/03/04

LA DATE DU JOUR

17 mars 1992

En Afrique du Sud, le régime de l'apartheid est défait dans les urnes - alors que tout le monde lui prédisait une fin par la guerre civile. En obtenant 69% de « oui » au référendum historique sur les réformes constitutionnelles, le président Frederik De Klerk obtient un mandat net de son électorat blanc pour mettre fin à l'apartheid dans son pays et ouvrir les portes du pouvoir à la majorité Noire. La participation des 3,28 millions de Blancs ayant droit de vote a été de 85 %. En prévision du chagement de régime, Nelson Mandela avait été libéré de prison deux ans auparavant.



SPECIAL DEDICACE

MERCI MONSIEUR PAKE POUR TOUT CE QUE VOUS AVEZ FAIT POUR NOUS !

[In Memoriam George E. Pake 1925 - 2004]
Professeur de physique à la Washington University de St. Louis aux USA, George Pake prend la tête en 1970 du tout nouveau Palo Alto Research Center financé par Xerox. C'est sous sa direction que les chercheurs du PARC -- et non pas Apple, ou Microsoft -- inventent l'interface d'utilisateur graphique en informatique, la souris, l'imprimante Laser, la norme Ethernet et les réseaux informatique locaux. Pake voit tout de suite l'intérêt de ces recherches et en fait la promotion auprès de l'industrie informatique. En 1978 deux jeunes bidouilleurs du nom de Steve Jobs et Steve Wozniak s'en emparent pour créer le Macintosh. En 1995 Microsoft suit le mouvement... sans ce bon vieux George on en serait encore à DOS et à la ligne de commande. Il est décédé le 4 Mars à l'âge de 79 ans.



INFORMATIONS GENERALES

Transmis à Attali qui nous serinait il y a encore 15 jours que la "mondialisation libérale apporte la prospérité pour tous"...

MONDIALISATION : UN RAPPORT ACCABLANT DU BIT

[Bureau International du Travail 05.03.04]
Après deux ans de travail, la commission chargée par le Bureau international du travail de plancher sur le versant social de la mondialisation vient de rendre sa copie. elle est accablante.

Sous le titre « Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous », le rapport constate que la mondialisation a multiplié les déséquilibres entre pays et au sein de ses pays. Qu’elle a été «injuste » et « inéquitable ». Les rapporteurs constatent une précarisation plus large du travail et une aggravation des inégalités. Le texte souligne l’importance de la fourniture de bien essentiels et « d’une protection sociale adéquate ».

Parmi les objectifs à atteindre, la commission cite « un Etat efficace qui (...) fournisse des biens publics et une protection social, qui améliore les capacités de chacun par un accès universel à l’éducation et à d’autres services sociaux, et qui favorise l’égalité entre hommes et femmes. » Le rapport complet est téléchargeable sur le site du Bit :
http://www.ilo.org/public/french/wcsdg/index.htm


PARIS RELÂCHE LE PRÉSIDENT HAÏTIEN

[Voltaire 17.03.04]
Enlevé par les Forces spéciales états-uniennes et séquestré par des commandos français en République centrafricaine, Jean-Bertrand Aristide a été libéré grâce à la pression internationale. Soutenu par l'Afrique du Sud, la Communauté des Caraïbes et l'Union Africaine, il a rejoint la Jamaïque d'où il entend rétablir le processus constitutionnel en Haïti. Trois semaines après son renversement, de nouveaux éléments permettent de mieux comprendre l'organisation du complot. Ils permettent aussi d'analyser la campagne d'intoxication médiatique qui a réussit à présenter un président élu comme un tyran génocidaire et une poignée de mercenaires comme une armée de rebelles.
http://www.reseauvoltaire.net/article12906.html


TEMPÊTE DIPLOMATIQUE DANS LA CARAÏBE

[RFI Edito international 16.03.04]
La relation a vite tourné à l'aigre entre le nouveau Premier ministre haïtien, Gérard Latortue, et son voisin jamaïcain Percival Patterson, au pouvoir, lui, depuis douze ans. Comment l'homme fort de Kingston, perçu il y a quelques semaines encore comme le médiateur régional susceptible d'aider à résoudre la crise haïtienne, en sa qualité de président de la Caricom, la communauté caraïbe, en est-il arrivé à deux doigts d'une rupture diplomatique avec Port-au-Prince?

C'est que le gouvernement jamaïcain semble, depuis la démission de Jean-Bertrand Aristide, accepter difficilement l'idée qu'une page est tournée en Haïti. Avec ses homologues de la Caricom, pour l'essentiel une constellation d'îles et d'archipels de la mer des Caraïbes, il a été le premier à accorder du crédit à la version de l'enlèvement du président déchu, et à réclamer une enquête sur les circonstances de son départ. Puis il a envoyé sur le lieu d'exil de Jean-Bertrand Aristide, à Bangui, une délégation incluant ces quelques personnalités du «Black Caucus», élus démocrates du congrès américain, qui restent des inconditionnels de l'ancien prêtre des bidonvilles. Délégation qui vient de ramener celui-ci à la Jamaïque, à moins de 200 kilomètres des côtes haïtiennes. Des postures - ou des ingérences - peu appréciées du nouveau Premier ministre haïtien, toujours accaparé par une délicate gestation gouvernementale, et au-delà des Etats-Unis, parrains du processus actuel, qui re! doutent que Jean-Bertrand Aristide ne profite de cette proximité géographique pour créer de dangereuses interférences dans un pays encore à stabiliser. L'ancien président l'a confirmé durant son bref séjour en Centrafrique: il a le verbe haut et incontrôlable.

Ces péripéties rappellent en tout cas qu'Aristide avait noué dans la région de solide amitiés, ou y avait éveillé quelques appétits. Haïti abrite la moitié de la population de toute la Caricom et cette esquisse de marché commun caraïbe a beau jouer dans la catégorie poids plume, elle ne pouvait que s'intéresser à un tel débouché et réservoir de main-d'oeuvre. La Caricom s'est donc diplomatiquement beaucoup investie dans la recherche d'une solution politique pour ce pays chaotique, mais au président si bienveillant à son égard. Une bonne dizaine de médiations ont été entreprises, sans que jamais l'opposition haïtienne accepte de compromis avec le pouvoir Lavalas. Et Jean-Bertrand Aristide a dû finalement quitter la scène au grand dam de ses protecteurs.
http://www.rfi.fr


LE RAPPORT JOINET SUR LA SITUATION DES DROITS DE L'HOMME EN HAÏTI

[Voltaire 17.03.04]
Réalisé par l'expert indépendant, le magistrat français Louis Joinet, le rapport sur la situation des Droits de l'homme en Haïti a été adopté par la Commission des droits de l'homme de l'ONU, en décembre 2002. Il dresse le constat de l'effondrement du système judiciaire après une cinquantaine d'année de dictature et de guerre civile et souligne l'inefficacité du président Aristide à rétablir l'État de droit. Souvent cité à tort dans la presse comme une preuve des crimes imputés à Aristide, ce document décrit en réalité une situation de chaos où toutes les factions sont victimes. Il dénonce aussi l'incapacité dramatique d'un gouvernement à la dérive, abandonné de la communauté internationale, dénué de personnels formés et de moyens d'action.
http://www.reseauvoltaire.net/



ON LINE

DÉCUS PAR LA PRESSE, LES AMÉRICAINS SE RABATTENT SUR L'INTERNET POUR S'INFORMER

[AFP 16/03/2004]
Clientèle en baisse, réduction d'effectifs, réputation ternie dans l'opinion publique: la presse aux Etats-Unis traverse ces dernières années une zone de turbulences qui pousse les Américains à se rabattre sur l'internet pour s'informer.

Ce constat, qui inquiète les professionnels de la presse quotidienne, des télévisions et des radios, a été établi par les auteurs d'un "Etat de la presse en 2004", du Project for Excellence in Journalism en association avec la prestigieuse école de journalisme de Columbia.

"L'internet est le seul média d'information, à part la presse ethnique et alternative, dont l'audience soit en pleine croissance, particulièrement chez les jeunes", écrivent les auteurs de ce rapport rendu public cette semaine.


INTERNET, L'ARME SECRÈTE DES PETITS CANDIDATS AUX RÉGIONALES

[L'Expansion 16.03.04]
Comment faire quand on n'a pas assez d'argent pour imprimer ses bulletins de vote ? La Réponse avec un candidat du parti fédéraliste en Alsace.
http://www.lexpansion.com/art/2363.74308.0.html



ISRAEL PALESTINE LA PAIX MAINTENANT ?

Se taper la tête sur le Mur de séparation ou aller au Paradis faire la fête avec les Houris, le choix est vite fait.

LE TRAUMATISME DES ENFANTS PALESTINIENS

[Haaretz, 16 mars 2004 - traduit par La Paix Maintenant]
Interviewe par telephone depuis Londres, le psychiatre Iyaad al-Saraj semblait sous le choc, mais pas vraiment surpris, quand il a appris que les kamikazes d'Ashdod, il y a deux jours, etaient deux habitants de 18 ans du camp de refugies de Jabalya, a Gaza.

Une etude a grande echelle, menee par le Gaza Mental Health Center, qu'il dirige, a montre que le desir le plus cher d'un enfant ou adolescent palestinien sur quatre etait de mourir en martyr a l'age de 18 ans. L'etude, menee sur 944 enfants et adolescents de 10 a 19 ans, revele que 97,5% d'entre eux souffrent d'un syndrome de stress post traumatique. Pour 32,7%, le diagnostic parle de symptomes graves (84,1% pour les enfants de refugies). 94,6% des enfants ont assiste a des funerailles, et 83,2% ont ete temoins d'incidents impliquant des tirs. 61,6% ont vu un proche tue ou etre blesse, et 36,1% ont ete touches par des gaz lacrymogenes.

Al-Saraj note que beaucoup des kamikazes de la seconde intifada sont des enfants de la premiere, qui ont vu leurs peres battus et humilies. Dans une interview pour une edition speciale du journal Palestine-Israel sur "deux societes traumatisees", Al-Saraj soulignait que le phenomene d'enfants incapables de sourire etait frequent, et que 13% des enfants de moins de 15 ans etaient incontinents nocturnes. Il notait aussi que beaucoup d'enfants etaient incapables de se concentrer a l'ecole parce qu'ils avaient peur de retourner chez eux et de trouver leurs parents ensevelis sous les ruines de la maison.

(...) Pour lui, l'occupation israelienne, avec les assassinats cibles, les destructions de maisons et les humiliations, a favorise un syndrome de victimisation chez les Palestiniens. Ce syndrome augmente leur dependance par rapport a une figure paternelle, mais, la figure paternelle ne subvenant pas a leurs besoins, ils deviennent paranoiaques. En parlant du "pere", le Dr Al-Saraj parle des vrais peres, incapables de proteger leurs enfants, et de l'Autorite palestinienne, dont il dit qu'elle souffre d'un manque de direction, de vision et d'unite, et qu'elle ne les protege pas. Pour lui, les institutions representant l'Etat et la loi ont ete remplacees par un vieil ordre tribal qui a permis a de nombreuses generations de survivre a l'occupation et a l'oppression. De plus en plus, les meres prennent la place des peres en tant que parents desquels peuvent dependre les enfants.

La lutte contre l'occupation (ce que le general Gadi Shanni, commandant en chef sortant des forces de Tsahal a Gaza, a appele "une victoire, tous les jours, et plusieurs fois par jour") contribue a l'unite palestinienne. Au contraire des Koweitiens, demoralises et presentant de graves problemes de drogue apres l'armistice humiliant devant Saddam Hussein, une lutte determinee contre l'occupation israelienne permet a la societe palestinienne de rester forte.

Al-Saraj n'a aucne illusion sur ce qui arrivera dans les territoires au lendemain du depart des Israeliens. Sans un leadership local qui puisse travailler a la reconciliation, il s'attend a de nouveaux problemes, et a ce que l'hostilite dirigee jusqu'alors vers l'exterieur, vers l'ennemi, soit re-dirigee vers l'interieur, avec auto-destruction et drogue.

Pour Al-Saraj, la seule solution est de positionner une force arabo-europeenne dans les territoires dont Israel se retirerait, une sorte de parrain qui protegerait les Palestiniens d'eux-memes. Il dit qu'en aucun cas cette force ne doit etre americaine, ce qui "rappellerait aux gens l'Irak".
http://www.haaretz.com/hasen/spages/405092.html


ISRAËL : YOSSI BEILIN ÉLU À LA TÊTE DE YAHAD

[Le Figaro 17.03.04]
Principal architecte israélien de l'initiative de Genève et actuel député d'opposition, Yossi Beilin a été élu hier soir à la tête du nouveau parti de gauche israélien, Yahad ("Ensemble"), qui compte 20 000 membres, a annoncé la radio militaire israélienne. Yahad, nouvelle formation qui se présente comme un parti social-démocrate, est issue d'une fusion entre la petite formation Shahar ("Aube") fondée par M. beilin et le parti d'opposition de gauche Meretz (6 députés sur 120).



COMMUNAUTAIRE TA MÊRE !

Personne ne va porter plainte contre Dantec, il ne tape que sur les arabes. S'il avait dit la même chose sur les juifs, qu'est ce qu'on aurait pas entendu !

MAURICE G. DANTEC, AUTEUR DE POLARS, S'AFFICHE AVEC L'EXTRÊME DROITE

[Le Monde, 22.01.04]
Piotr Smolar Maurice G. Dantec a écrit des policiers à succès chez Gallimard, comme Les Racines du mal ou Babylon Babies, et un "journal métaphysique et polémique" intitulé Le Théâtre des opérations. Et plus récemment des lettres ouvertes au Bloc identitaire, descendant du mouvement d'extrême droite Unité radicale, dissous après l'attentat manqué contre le président de la République, Jacques Chirac, le 14 juillet 2002.

Dans deux courriers adressés aux "identitaires", l'écrivain exprime, outre ses meilleurs vœux pour 2004, ses convergences avec le mouvement. Certes, il ne partage pas sa "conception de la civilisation américaine", ni "l'importance stratégique du royaume d'Israël dans notre lutte contre l'Antéchrist coranique".

Mais M. Dantec a apprécié une initiative récente du Bloc identitaire, qui a interpellé Jean-Claude Dassier, patron de LCI, à la suite d'une interview parue le 4 décembre dans Libération. M. Dassier y affirmait que, dans le recrutement du personnel,"à compétence égale", il choisissait le candidat "black ou beur". Un propos ensuite démenti par le patron de LCI dans une réponse adressée au Bloc identitaire. Mais, pour Maurice G. Dantec, "l'ignominie raciste-antiblanc des autocrates de LCI" lui est insupportable, et il l'écrit au Bloc. "Votre combat, sans doute bien difficile, pour empêcher la dissociation de la France, l'islamisation de l'Europe, la dissolution de l'Occident (le vrai), me touche profondément", explique-t-il.

Le romancier-essayiste explique aux "identitaires" qu'il s'est exilé au Canada, il y a six ans, "par volonté de protéger -sa- famille des exactions de nos amis les Chances-pour-la-France" (allusion à L'Immigration, une chance pour la France, un ouvrage de Bernard Stasi en 1984). Il a vécu en banlieue Sud, précise-t-il. C'est dangereux, la banlieue Sud, selon lui, alors pour sa fille de deux ans Maurice G. Dantec a préféré "les ours du Nord-Québec" aux "bêtes sauvages".

L'auteur a aussi félicité le Bloc identitaire pour sa mobilisation contre l'occupation, à Paris, de l'église intégriste Saint-Nicolas-du-Chardonnet par 200 sans-papiers le 8 décembre. Une occupation assimilée par M. Dantec à des "tentatives de "nettoyage ethnique" antichrétiennes". M. Dantec a récidivé, le 21 janvier. Il s'attendait, dit-il, à une réaction "plus ou moins violente, plus ou moins ouverte, des propagandistes de la culture officielle".

"La maison Gallimard est, paraît-il, depuis ce matin débordée d'appels et de mails demandant CONFIRMATION que ce salaud d'écrivain nazi-sioniste-chrétien s'est bien compromis avec de méchants fascistes nationalistes français, entre autres choses parce qu'il en a marre de voir les "sans-papiers" venus du Kurdistan, d'Irak ou de la Moldo-Slovaquie orientale "occuper" systématiquement les églises catholiques de ce pays, mais pas une seule mosquée."

Il assure que "Le Nouvel Obs et sa hantise du complot "judéo-nazi" a fait des émules : ils écoutent du rock alternatif, votent Vert et lisent en boucle Jean-Paul Sartre depuis leur enfance". Il annonce aussi un troisième courrier, portant cette fois sur ses profonds désaccords avec les "identitaires". Le mouvement d'extrême droite se réjouit, évidemment, de cette publicité inespérée. Le Bloc identitaire s'en était pris par avance, dans un communiqué, aux "journalistes pravdistes reconvertis imams" qui "décident ce qui est halal et ce qui ne l'est pas". "Nous sommes entrés en contact avec Dantec grâce à un vrai travail en réseau, explique Fabrice Robert, un des leaders du Bloc. Il est proaméricain et prosioniste, ce qui n'est pas notre cas, mais on est d'accord sur un point : il faut faire barrage à l'islam."
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-350034,0.html



CYBER-GUERRE - SONS DE BOTTES - PROPAGANDE

La guerre contre le terrorisme est ressentie comme une guerre contre l'islam

ROYAUME-UNI : LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE TENTÉE PAR LE REPLI

[Le Figaro 17 mars 2004]
La communauté musulmane du Royaume-Uni – deux millions de personnes – est mal dans sa peau. «La guerre contre le terrorisme» entamée par George W. Bush et Tony Blair l'a rendue perplexe et amère. Non qu'elle désapprouve le principe même de neutralisation des adeptes de la terreur – «les musulmans abhorrent le recours à la violence terroriste», assure Iqbal Sacranie, secrétaire général du Conseil des musulmans de Grande-Bretagne. Mais elle s'est persuadée que cette guerre-là est, en fait, «une guerre contre l'islam». Un sondage réalisé par l'institut ICM pour le quotidien The Guardian révèle, ainsi, que si 73% des électeurs musulmans s'opposent aux méfaits sanglants d'al-Qaida, 68% d'entre eux ne croient ni le président américain ni le premier ministre britannique quand ils expliquent la nécessité de contrer par la force le terrorisme islamique. 20% d'entre eux, seulement, sont persuadés de leur bonne foi.
http://www.lefigaro.fr/international/20040317.FIG0097.html


Peut-être, mais quand seulement 4% de la population soutient l'envoi de troupes espagnoles, un gouvernement démocratique aurait pas du envoyer des troupes. C'est aussi cela qui a été sanctionné.

« CE N'EST PAS AINSI QUE LES DÉMOCRATIES SONT CENSÉES RÉAGIR »

[Tribunes Libres Internationales 17.03.04]
Si les attentats de Madrid ont suscité peu de réactions de la part des analystes états-uniens, il n'en va pas de même des élections espagnoles. Choqués par un résultat qui ne correspond visiblement pas à leurs attentes, les faucons de Washington se déchaînent contre une victoire des socialistes qu'ils jugent indigne. Dans cette campagne de presse, on peut noter la forte présence du Center for Security Policy qui brocarde la supposée lâcheté des Espagnols.
http://www.reseauvoltaire.net/rubrique771.html


Lyndon Larouche se tue à vous le dire, l'ennemi c'est la synarchie !

LE RESPONSABLE DES ATTENTATS DE MADRID C'EST DICK CHENEY

[Solidarité et Progrès (les Lyndon Larouchiens français) 17.03.04]
Vous trouverez parmi les brèves une analyse sur l'attentat de Madrid. Cet attentat s'inscrit dans une nouvelle phase de la stratégie de tension initiée en Italie au cours des années 70, avec un modus operandi très similaire. LaRouche a insisté sur le fait que ni l'ETA ni al-Quada ne sont les commanditaires de cet attentat, mais qu'il faut chercher vers les réseaux synarchistes européens associés à Dick Cheney et aux néo-conservateurs. Nous vous renvoyons également sur une brève postée sur notre site en août 2003:
http://solidariteetprogres.free.fr/News/Strategie/breve_793.html


Halliburton avoue avoir truandé le gouvernement des USA en gonflant les factures de ses prestations en Irak. Si Dick Cheney avait été démocrate les Républicains seraient déjà à hurler en demandant qu'il démissionne. Mais là....

HALLIBURTON ROULE LE PENTAGONE DANS L'OR NOIR

[Libération 17.03.04]
L'ouverture d'une enquête sur le groupe, accusé de surfacturation auprès de l'armée américaine, met à mal le camp républicain.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=186670

HALLIBURTON ADMITS FAULTY ACCOUNTING IN IRAQ

[Boston Globe 15.03.04]
A Halliburton Co. subsidiary gave faulty cost estimates on a $2.7 billion contract to serve American troops in Iraq and Kuwait, and company officials acknowledged making mistakes... The estimate problems included a failure to tell contract managers that Halliburton had terminated two subcontracts for feeding troops, which affected costs on $1 billion worth of that work... Halliburton also did not tell contract managers it had already awarded subcontracts worth $141.5 million for work it said would cost $208.8 million... Democratic critics say Halliburton is an example of war profiteering by companies friendly to the Bush administration."
http://www.boston.com/dailynews/072/wash/Halliburton_admitted_giving_fa:.shtml


Chomsky dénonce la colonisation à long terme de l'Irak

UN AN APRÈS (NOAM CHOMSKY)

[The Guardian 16.03.04]
There's a lot of focus on the American death toll but personally I think that's partly propaganda exaggeration. Polls have demonstrated time and time again that Americans are willing to accept a high death toll - although they don't like it, they're willing to accept it - if they think it's a just cause.

There's never been anything like the so-called Vietnam Syndrome: it's mostly a fabrication. And in this case too if they thought it was a just cause, the 500 or so deaths would be mourned, but not considered a dominant reason for not continuing. No, the problem is the justice of the cause.

(...) Not very many people are aware of the fact that the US is planning to construct what will be the world's largest embassy in Iraq, with maybe 3,000 people. The military plans to maintain permanent bases and a substantial US military presence as long as they want it. The facts are reported, but marginally. Most people don't know about it. The orders to open the Iraqi economy up to foreign takeover are again known to people who pay close attention, but not to the general population.
http://www.guardian.co.uk/Iraq/voices/story/0,12820,1168160,00.html


La propagande officielle de Bush propose aux journalistes TV des séquences à la gloire de Bush clés en main... réalisées avec l'argent public

U.S. VIDEOS, FOR TV NEWS, COME UNDER SCRUTINY

[New York Times 15.03.04]
The Bush administration paid people to pose as journalists praising the benefits of the new Medicare law... The materials were produced by the Department of Health and Human Services, which called them video news releases, but the source is not identified. Two videos end with the voice of a woman who says, 'In Washington, I'm Karen Ryan reporting.' But the production company, Home Front Communications, said it had hired her to read a script prepared by the government... The government also prepared scripts that can be used by news anchors introducing what the administration describes as a made-for-television 'story package.' In one script, the administration suggests that anchors use this language: 'In December, President Bush signed into law the first-ever prescription drug benefit for people with Medicare. Since then, there have been a lot of questions about how the law will help older Americans and people with disabilities. Reporter Karen Ryan helps sort through the details.' ... Federal law prohibits the use of federal money for 'publicity or propaganda purposes' not authorized by Congress."
http://www.nytimes.com/2004/03/15/politics/15VIDE.html?hp


AL-QAÏDA : UN CANADIEN AFFIRME AVOIR TRAVAILLÉ POUR LE COMPTE DE LA CIA ET DU FB

[Confidentiel 16 mars 2004]
Un Canadien qui a reconnu que sa famille avait eu des liens avec le réseau terroriste al-Qaïda affirme avoir été recruté afin de travailler pour le compte de la CIA, du FBI et de l'armée américaine, en Afghanistan, puis à la prison américaine de Guantanamo Bay, à Cuba.
http://www.confidentiel.net/breve.php3?id_breve=1653


LES NÉO-CONSERVATEURS EXULTENT : LA CIA S’EST TROMPÉE

[DeDefensa, 08/02/2004]
Comment vont les néo-conservateurs ? Très bien, en vérité. On pourrait les croire déstabilisés, incertains, voire contrits et silencieux par l’absence totale d’armes de destruction massive en Irak, après les différentes déclarations de David Kay et l’évolution sémantique de l’administration GW sur ce sujet.

Il faut se rappeler que, bien entendu, les néo-conservateurs ont été des avocats enthousiastes dans la question des ADM irakiens. Ils n’ont cessé de dénoncer leur présence massive, le risque qu’elles nous faisaient courir et ainsi de suite. Dans un article publié hier et justement nommé « America's Orwellian moment », Paul Krugman nous rappelle ce qu’il faut savoir là-dessus, en quelques phrases.

« A tip from Joshua Marshall, of www.talkingpointsmemo.com, led me to a stark reminder of how different the story line used to be. Last year Laurie Mylroie published a book titled “Bush vs. the Beltway: How the CIA and the State Department Tried to Stop the War on Terror.” Mylroie's book came with an encomium from Richard Perle; she's known to be close to Paul Wolfowitz and to Dick Cheney's chief of staff. According to the jacket copy, “Mylroie describes how the CIA and the State Department have systematically discredited critical intelligence about Saddam's regime, including indisputable evidence of its possession of weapons of mass destruction.” »

Pourtant, non. L’accueil que font les néo-conservateurs à la nouvelle de l’absence d’ADM est particulièrement enthousiaste, et David Kay devient le héros du jour ... Le New York Times du 2 février observe ceci, citant Frank J. Gaffney, un des plus purs et durs parmi les néo-conservateurs, qui nous parle de David Kay effectivement comme d’un héros qu’il faudrait mettre vite fait à la tête de la CIA : « “Not only does he say he was wrong, but he is willing to tackle the institutional questions of being in error,” said Frank J. Gaffney Jr., the president of the Center for Security Policy in Washington. Mr. Gaffney urged President Bush to swallow any annoyance he might feel and ask Dr. Kay to replace Mr. Tenet in his job. »

Le chroniqueur Jim Lobe, toujours vigilant, a effectivement observé ce stupéfiant changement des néo-conservateurs sur le fond du problème considéré comme fondamental pour la crise irakienne, puisque présenté en général comme la cause immédiate et pressante de la guerre. Lobe parle, notamment à propos de Richard Perle, d’une complète impudence, d’une attitude définie en yiddish par le mot Chutzpah, et joliment illustré par l’anecdote suivant : « Chutzpah is when a man kills his mother and his father and then throws himself on the mercy of the court on the grounds that he is an orphan. »

Voici ce que Lobe nous dit des néo-conservateurs face à la crise de l’inexistence des ADM saddamesques : « No, now Perle and his fellow neoconservatives are hailing chief U.S. weapons-of-mass-destruction hunter, David Kay. On resigning from his post last week, Kay charged that the intelligence community, and particularly the CIA, clearly exaggerated the size and scope of Saddam Hussein's alleged WMD programs. “I don't think they existed,” he said, insisting that he himself, as well as the intelligence community, “were almost all wrong” about Iraq's alleged WMD stockpiles and reconstitution of Iraq's nuclear-arms program. » 

“I have always thought our intelligence in the Gulf has been woefully inadequate,” Perle, former chairman of the Pentagon's Defense Policy Board (DPB), confided to The New York Times after Kay disclosed his findings. (...) » Their campaign now — and there is an orchestrated campaign underway, make no mistake — is to blame the CIA for exaggerating the Iraqi threat must rank right up there with parenticidal orphans. » It was Gaffney, a long-time Perle protégè who worked under him in Sen. ‘Scoop’ Jackson's office and later at the Pentagon during the Reagan administration, for example, who was raising alarms over Hussein's non-existent “atomic and perhaps even thermonuclear weapons” even before 9/11. » “He (Hussein) has weapons of mass destruction,” Perle stated unequivocally as early as November 2001—even as his friends in the Pentagon were setting up their Office of Special Plans (OSP), an informal intelligence unit whose job it was to mine raw intelligence to find and disseminate the most threatening possible evidence of Iraq's WMD programs and alleged ties to Al Qaeda that the neoconservatives thought the CIA or even the Pentagon's own Defense Intelligence Agency had not given adequate credence. » 

Perle even used his good offices as DPB chairman to ensure that ‘defectors’ handled by his good friend Ahmed Chalabi's Iraqi National Congress (INC) —such as Khidir Hamza, a former nuclear scientist who stoked totally unfounded fears that Hussein was reconstituting his nuclear-weapons program — were given the widest possible exposure to policy-makers. Senior intelligence officials have since identified the INC's defectors as the source of a great deal of the mis-, if not dis-information, that skewed its assessments. » 

For Perle, Hussein's WMD program was simply a given. “If (Hussein) eludes us and continues to refine, perfect and expand his arsenal of chemical and biological weapons,” he testified to Congress in the fall of 2002, “the danger to us, already great, will only grow.”

The problem, of course, was that the arsenal whose existence was never subject to the slightest doubt by Perle and his friends didn't exist. Indeed, just two weeks before his friend Kay acknowledged there were simply no weapons to be found, Perle insisted to an audience at his home base, the American Enterprise Institute, “I don't think that you can draw any conclusion from the fact that stockpiles were not found.” »

Ces réactions sont particulièrement significatives. Elles ne peuvent être expliquées qu’en partie par la duplicité habituelle dans le jeu politique, notamment et particulièrement washingtonien. Lobe avance aussitôt l’explication de l’hostilité des néo-conservateurs et, en général, des conservateurs activistes à l’encontre de la CIA. L’agence est considérée comme un “nid de libéraux”, avec une tendance systématique à déformer les réalités  : « Perle and his fellow-neocons' contempt for the CIA dates to the 1970s when he and then-Defense Secretary Donald Rumsfeld accused the agency of being naive about Soviet strategic capabilities and intentions. That set the pattern. To Perle, the CIA, like the State Department, has long been a haven for naive and foolish “liberals” incapable of understanding just how dangerous and threatening the enemy—any enemy—really is. »

Peu importe que la soi-disant “déformation”, — largement contestée par ailleurs puisque les charges contre la CIA évoquées ici sont l’objet de critiques très violentes, — soit dans le sens d’un durcissement de la menace, donc dans le sens que voulaient les conservateurs et néo-conservateurs eux-mêmes, dans le sens qu’ils accusent explicitement, depuis plus d’un quart de siècle, la CIA de ne pas suivre. Ce qui importe est l’abaissement de la CIA : il s’agit d’abord d’une bataille bureaucratique, d’une bataille pour le pouvoir à Washington. Le problème de l’Irak et le problème de la réalité des ADM semblent les derniers de leurs soucis, et ils le sont effectivement par eux-mêmes. Les rapports de force à Washington concernent le pouvoir washingtonien, beaucoup plus que ce que pouvoir parvient à accomplir. C’est un des éléments importants du virtualisme qui caractérise la politique washingtonienne : toute politique extérieure américaine doit d’abord être mesurée en fonction de son impact intérieur, de façon impérative et majoritaire.
http://www.dedefensa.org/article.php?art_id=995



LIBERTES PUBLIQUES - LSQ - LSI - LEN - CENSURE

LA QUESTION TCHÉTCHÈNE

[Confidentiel 4 mars 2004]
La chape silencieuse qui recouvre presque tout ce qui a trait à la Tchétchénie est imperméable ; en général, aucune information ne la franchit. Seule, la nouvelle d'un événement à haute charge émotionnelle (attentat, prise d'otages, combat, etc.) digne d'être propagée sur la scène médiatique internationale, peut traverser momentanément ce mur aphone. Mais une fois les décomptes macabres d'un fait spectaculaire de ce type publiés - de préférence photos à l'appui -, le couvercle muet retrouve (...)
http://www.confidentiel.net/article.php3?id_article=266


La torture est routinière à Guantanamo

GUANTANAMO PRISONER ALLEGES TORTURE

[BBC 15.03.04]
One of the five Britons released from Guantanamo Bay claims US guards at the camp in Cuba tortured and abused him. Jamal Udeen has told the Daily Mirror he went to Pakistan to study Muslim culture but was taken prisoner after straying into Afghanistan by mistake. The US, which denies claims of bad treatment at the camp, held him as a terrorist suspect for two years. Mr Udeen, 37, from Manchester, said he was beaten by men in riot gear after refusing to have a mystery injection. He said the guards had tried to get prisoners to confess to things they had not done... 'The beatings were not as nearly as bad as the psychological torture - bruises heal after a week but the other stuff stays with you. The whole point of Guantanamo was to get to you psychologically.'
http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/england/manchester/3504034.stm


Washington a versé des centaines de milliers de dollars à l'opposition au Vénézuéla afin de renverser le Président Chavez.

US REVEALED TO BE SECRETLY FUNDING OPPONENTS OF CHAVEZ

[The UK Independent 13.03.04]
Washington has been channelling hundreds of thousands of dollars to fund the political opponents of Venezuelan President Hugo Chavez - including those who briefly overthrew the democratically elected leader in a coup two years ago. Documents obtained under the Freedom of Information Act reveal that, in 2002, America paid more than a million dollars to those political groups in what it claims is an ongoing effort to build democracy and 'strengthen political parties.' ... The funding has been made by the National Endowment for Democracy (NED) a non-profit agency financed entirely by Congress... In Venezuela, the NED channelled the money to three of its four main operational 'wings'... These groups ran workshops, training sessions and provided free advice to three political parties in Venezuela - Democratic Action, Copei and First Justice - the leaderships of which have been at the forefront of efforts to recall Mr Chavez... Relations between the US and Venezuela have not been so tense since April 2002 when Mr Chavez was briefly ousted by opponents who had been supported by the US in the run-up to the coup. At the time, Washington blamed Mr Chavez for his own downfall."
http://news.independent.co.uk/world/americas/story.jsp?story=500711


Avant le débat sur l'avortement, les Sénateurs US ont du entendre une prière d'un prêtre qui dénoncait "le meurtre de bébés innocents" vous avez dit laicité ?

INVOCATION BEFORE ABORTION DEBATE CONCERNS SENATORS

[The Tennesseean 15.03.04]
"The prayer to open Monday night's state Senate session continues to bother some senators long after visiting minister Clifton Fox of the Etowah Church of Christ said his 'Amen.' Fox prayed for the 'innocent babies and innocent mothers' within minutes of debate starting on a proposed anti-abortion constitutional amendment... In his official invocation, Fox prayed that senators be protected from 'civil liberty lawyers and lobbyists against life.'"
http://www.tennessean.com/government/archives/04/03/48307236.shtml?Element_ID=48307236



TECHNOLOGIE - LOGICIEL LIBRE - PtoP - INTERNET CITOYEN

Un ingrédient qui porte un nom compliqué ? Au secours, poison !!!
En fait il s'agissait simplement de H20, c'est à dire de l'eau.

CITY OF ALISO WARNED AGAINST TOXIC INGREDIENT: WATER

[kfwb.com 12.03.04]
Aliso Viejo city officials were so concerned about the potentially dangerous properties of dihydrogen monoxide that they considered banning foam cups after they learned the chemical was used in their production. Then they learned that dihydrogen monoxide - H2O for short - is the scientific term for water. 'It's embarrassing,' said City Manager David J. Norman. 'We had a paralegal who did bad research.'"
http://kfwb.com/

vide
vide
S 21, la machine de mort khmer rouge - sortie en salles le 11 fevrier

S 21, la machine de mort
khmer rouge

Sortie le 11 Fevrier 2004

Rithy Panh : un homme face au génocide khmer : "Etre un passeur de mémoire me rend vie..." Rithy Panh avait 11 ans quand les Khmers rouges l'ont envoyé dans un camp. Rescapé parmi deux millions de fantômes, depuis, il filme. S 21, la machine de mort khmère rouge est ce récit de l'enfer.

decouvrez le quotidien VOLTAIRE

VOLTAIRE
le quotidien
du Réseau Voltaire

Magazine quotidien d'analyses internationales

Depuis seize mois, le Réseau Voltaire a développé ses publications jusqu'à proposer trois services quotidiens, deux services hebdomadaires et de nombreux articles et enquêtes supplémentaires. Progressivement, nous avons constitué un ensemble d'outils de veille documentaire, d'information, d'analyse et de prospective qui, regroupés de manière cohérente, lui permettent aujourd'hui de proposer un magazine quotidien de politique internationale.

le Cartel Bush - comment fabrique t'on un president des Etats Unis - par J. Hatfield

Le Cartel Bush
("Fortunate Son" de J. Hatfield)
Traduction française

Il y a les biographies de George W. Bush écrites par les communicants de la Maison-Blanche ou les journalistes « amis ». Et il y a Le Cartel Bush, la biographie non autorisée. Celle qui explore en détail l'entourage du président des États-Unis, ses affaires, ses retournements de veste, le financement de ses campagnes électorales, son addiction à la cocaïne… L'auteur, James Hatfield, fut menacé par deux proches conseillers du président devant témoins et retrouvé peu après, mort, dans un motel. La police assure qu'il s'est suicidé. Sa famille prétend qu'il a été assassiné.
Ce document exceptionnel a été traduit en français. Le Réseau Voltaire en assure la diffusion exclusive en France

THE FOG OF WAR - sortie en salles le 14 janvier

Un film
de Errol Morris
avec Robert S. McNamara
Sortie le 14 Janvier 2004

Ce documentaire est l'histoire de l'Amérique vue par l'ancien Secrétaire de la Défense américaine, Robert S. McNamara, personnalité parmi les plus controversées et les plus influentes de la scène politique internationale. A travers son analyse, nous redécouvrons les événements majeurs du XXe siècle.
Du bombardement de 100 000 civils japonais à Tokyo en 1945 au risque imminent de catastrophe nucléaire pendant la crise des missiles cubains, en passant par les effets dévastateurs de la guerre du Vietnam, The Fog of war examine la psychologie et les raisonnements des décisionnaires du gouvernement qui ont envoyé les hommes au combat.

CONDOR - l'axe du mal - sortie en salles le 21 janvier

Un documentaire
de Rodrigo Vasquez
Sélection au Festival de Cannes
Sortie le 21 Janvier 2004

C'est au nom de "la lutte contre le terrorisme" qu'une opération spéciale - nom de code CONDOR - a été menée dans les années 70 et 80 en Amérique du Sud. Cette lutte lancée par le Chili après le coup d'état du 11 septembre 1973 d'Augusto Pinochet, ciblait les mouvements de gauche.
Condor devint rapidement un réseau reliant les dictatures militaires, soutenu par le département d'Etat américain et la CIA.Le film de Rodrigo Vazquez, jeune cinéaste argentin, accompagne plusieurs victimes de CONDOR, toujours à la recherche de la vérité.. Il pousse certains leaders de Condor, hélas toujours en place, à témoigner. Depuis les évènements du 11 septembre 2001, ceux-ci revendiquent ouvertement être les pionniers de l'actuel combat contre le "terrorisme international"



Une revue de web thématique compilée (presque) quotidiennement par Yann Le Grand et Grégoire Seither
[Dernière revue ] -- [S'abonner ] -- [ Se desabonner ] -- [Archives] -- [Contact]


FRANCOPHOLISTES, l'annuaire de toutes les listes ! - Add Me!